Hatha ,Iyengar,Kundalini Yogo

Mardi :                19h40 à 20h40  

Jeudi :                20h15 à 21h15

Mercredi :        20h00 à 21h00

Le Haṭhayoga (sanskrit IAST ; devanāgarī: हठयोग), orthographié aussi Haṭha yoga ou Hatha-yoga1, est une forme particulière de yoga qui a été codifiée en Inde, avant d’atteindre, au xxe siècle, l’Occident. Il signifie « yoga d’effort » et concerne principalement le contrôle du corps et le maintien de sa santé par les postures correctes (āsana) et la discipline du souffle (prāṇāyāma)2

L’origine du haṭhayoga est bien antérieure au xve siècle de notre ère, date à laquelle il est codifiée dans le texte sanskrit intitulé Haṭhayoga-Pradīpikā, « Petite torche du Hatha-yoga », composé par le Yogi Svātmārāma. En effet, le haṭhayoga a reçu des influences tantriques et shivaïtes remontant à l’époque médiévale des siddha yogin3 voire plus ancienne encore. On trouve également l’utilisation de postures dans la civilisation harappéenne4. En Occident, le pratique du haṭha yoga s’est popularisée au xxe siècle.

Indus

Dans les années 1920, une équipe d’archéologues dirigée par John Marshall découvre, sur les bords de l’Indus (Pakistan actuel), les ruines de la cité de Mohenjo-Daro qui aurait été fondée trois mille ans avant notre ère. Parmi les objets mis au jour lors de ces fouilles, des sceaux illustrés de personnages dans des postures (āsana) ressemblant à celles du Haṭha yoga ont provoqué un débat, sans qu’il y ait de certitude à ce sujet, sur la possibilité que les āsana aient existé bien avant qu’ils soient amenés dans le nord de l’Inde par les aryens et avant même les Veda5,6,7,8,9. Selon Mikel Burley, de l’université de Leeds, « Une autre erreur consiste à penser que le Hatha Yoga est relativement récent dans la tradition indienne (…) On trouve en fait des postures au sein de la culture Harappan (…) ceci démontre que les pratiques classiques du Hatha Yoga reposent sur des traditions plus anciennes »4.

En Inde]

En Inde, la plus ancienne pratique du yoga doit ses lettres de noblesse aux yoga sūtra de Patañjali (IIe s. av. J.-C.). C’est le Yoga classique ou Rāja-yoga, qui a pour but la libération spirituelle de l’être humain (moksha). Le Hatha-yoga, lui, est une forme plus tardive de Yoga élaborée par les Nâtha ou Siddha-yogis vers le xiie siècle, et recherchant la perfection corporelle comme moyen d’accès à la libération spirituelle. Cette forme de Yoga est codifiée dans le texte sanskrit intitulé Haṭhayoga-Pradīpikā, « Petite torche du Hatha-yoga », composé par le Yogi Svātmārāma (XVe s.), et commenté par Brâhmânanda, auquel il faut ajouter la Gheranda samhitā et la Shiva samhitā. Par ailleurs, la Centurie de Goraksha (Goraksha-shataka) et le Guide des principes des Siddhas (Siddha-siddhânta-paddhati) sont des textes de la même école.

Né en 1918, Bellur Krishnamachar Sundararaja Iyengar est un maître de haṭha yoga qui vit en Inde méridionale, à PuneYehudi Menuhin et Jiddu Krishnamurti figurent parmi ses plus célèbres élèves. Son enseignement et celui de Pattabhi Jois se fondent sur leurs expériences à Mysore, dans les années 1930, avec Krishnamacharya dont le fils, T.K.V. Desikachar est aussi professeur de haṭhayoga.

Afin de tenter d’arrêter des tentatives de demandes de droits de copyright sur la pratique de certains asanas de yoga, (comme c’est déjà le cas aux États-Unis pour plus de 200 asanas), de la part de certains enseignants opportunistes, l’Inde a achevé une documentation décrivant 1300 asanas qui sera transférée à la « Bibliothèque numérique des savoirs traditionnels » (TKDL – Traditional Knowledge Digital Library -), qui rendra publiques ces connaissances ancestrales. Cette documentation est fondée sur : Srimad Bhagavat Gita, Vyas Bhashya, Yogasava Vijana, Hatha Praditika, Gheranda Samhita, Shiva Samhita, Yoga Sutras de Patanjali et Sandra Satkarma pour expliquer en détail et en différentes langues tous les asanas connus et les références sur le yoga10.

En Occident et à travers le monde

En Occident, le haṭhayoga est devenu assez populaire en tant que pratique d’exercices purement physiques se détachant de son but originel de libération spirituelle (kaivalya). En 2014, le yoga représente un marché 225 millards de dollars10.

Ce succès est dû au fait que, contrairement aux yoga sūtra, en « huit degrés » (aṣṭāṅga), le texte référent du haṭha yoga (haṭha yoga pradipika) est de nature pratique et fait une large place aux postures (āsana) et au contrôle du souffle (prāṇayāma), qui sont les troisième et quatrième degrés du yoga de Patañjali, mais constituent les premier et deuxième degrés du Hatha-yoga ; on néglige en Occident les techniques difficiles (bandha,mudrâ, écoute du son intérieur) et les disciplines de concentration (samādhi)qui forment le troisième et le quatrième degré du Hatha-yoga, le faisant déboucher sur le Râja-yoga avec son aspiration à la Délivrance de l’existence conditionnée.

En France, la première école de haṭhayoga fut fondée en 1945, à Paris, par le professeur de philosophie et journaliste Félix Guyot (1880-1960) qui écrivit, sous le pseudonyme de Constant Kerneïz, de nombreux ouvrages concernant l’hindouisme11 et le yoga, rassemblés en une somme nommée Collection Hatha-Yoga12. Parmi les œuvres de cet érudit peuvent être citées : Le hatha yoga ou l’art de vivre selon l’Inde mystérieuse éditée en 1936, Hatha yoga : culture physique hindoue éditée en 1939, Postures et respirations du hatha yoga éditée en 1951, Le Karma yoga ou l’action dans la vie selon la sagesse hindoue éditée en 1954.

Shri Mahesh Ghatradyal fut le premier indien à émigrer en France pour y enseigner, dès 1947, le haṭhayoga aux occidentaux12.

Au Canada, la journaliste Suzanne Piuze (1921-2004) créa en 1972 à Eastman, en Estrie au Québec, un Centre de Haṭha et de Raja yoga qui porte son nom.

En 2005, aux États-Unis, il est estimé que 30 millions d’américains pratiquent aujourd’hui le Haṭhayoga13. Les américains dépenseraient environ 3 milliards de dollars par an dans des cours de yoga qui est très populaire parmi les stars d’Hollywood. Oprah l’apprécie beaucoup, tout comme Madonna, Sarah Jessica Parker, Jennifer Aniston, Cameron Diaz, Gwenyeth Paltrow, Jane Fonda, Tina Turner, et Angelina Jolie10. En 2013, pour la Maison-Blanche« Le Yoga est devenu un langage universel de l’exercice spirituel aux États-Unis, franchissant de nombreuses lignes religieuses et culturelles », … « Chaque jour, des millions de personnes pratiquent le yoga pour améliorer leur santé et leur bien-être général. C’est pourquoi nous encourageons tout le monde à participer à la PALA (Presidential Award Active Lifestyle), et ainsi montrer votre soutien pour le yoga et répondre au défi. », au moment ou certaines écoles en Amérique s’opposent à cette ancienne pratique indienne, disant qu’elle promeut l’hindouisme dans les écoles et qu’un procès est en cours en Californie14. Le juge John Meyer a donné son verdict : « Le yoga ne favorise pas l’hindouisme dans les écoles de Californie » ; c’est un « phénomène culturel typiquement américain », dans cette affaire intentée par groupe chrétien15.

Alors qu’il était interdit en Union soviétique et qualifié de gadget transcendantal favorisant la pensée individualiste, en 2010, le yoga et la méditation connaissent un véritable boom à Moscou et le Président Medvedev se considérait comme « le premier yogi de l’Etat »16.

Pratique du Yoga en Inde

Patañjali, dans ses Yoga Sūtra, énumère huit membres du Yoga (aṣṭāṅga) à savoir : yamaniyamaāsana (les postures), prāṇāyāma (contrôle du souffle vital), pratyāhāra (rétractation intérieure des sens), dhāraṇa(concentration), dhyāna (méditation), Samādhi (contemplation préparant la libération spirituelle).

La pratique indienne du Haṭhayoga s’attache à développer le contrôle du souffle (prāṇāyāma) et la stabilité des postures (āsana) qui peuvent s’enchaîner en séquences quasi chorégraphiques telle la Salutation au Soleil.

Extrait de la Śvetāśvatara upaniṣad (2.8-15), « Tenant son corps fermement avec les trois parties érigées, et guidant avec son esprit ses sens jusqu’au cœur, un homme sage avec l’équipement du brahman peut dépasser toutes les craintes provenant des flots… Quelqu’un qui pratique les préceptes yogiques aperçoit ici la nature du brahman. »

Pratique du Haṭha Yoga en Occident

En Occident, la grande majorité des séances de yoga s’articule autour d’un certain nombre de postures organisées selon les niveaux des participants et l’objectif de la séance (Bhavana). La respiration peut être rythmée au sein des postures ou concentrée pendant un temps privilégié. La séance se termine généralement par un moment de relaxation. Ces trois constituants peuvent être disposés de manière très différente selon les écoles, le moment de la journée, l’âge et l’attente des participants. Moins fréquemment, des extraits des Yoga Sūtra peuvent être chantés, ainsi que des Yoga Sūtra ; cette étape est plus fréquente dans son contexte, en Inde.

La pratique occidentale du haṭha yoga se veut une recherche de l’unité de toutes les modalités physiques et psychiques qui composent l’être humain[réf. nécessaire]. La pratique met l’accent sur l’expérimentation d’opposés complémentaires, tels : féminin / masculin, mouvement / immobilité, inspiration / expiration, résistance / lâcher-prise. Posture, respiration, méditation, peuvent tour à tour culminer dans la pratique. Avec la maturité et dans une difficulté croissante, elles se combinent par deux : postures/respiration ou postures/méditation, et par trois : postures/respiration/méditation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s