Tai Chi Chuan

TRADITIONNEL  et   TUI SHOU  À DEUX

Cours dirigé par Sayar Yang  (Ancien Moine Bouddhiste Birman)

 

 

TECHNIQUE  &  APPLICATION  MARTIALE et MANIEMENT  DES  ARMES

Le TAI CHI (ou Taiji Chuan), que nous pratiquons dans notre école, est un art martial qui nous apporte la détente musculaire et psychique et nous apprend à vivre « ici et maintenant». C’est :

– un Art de Santé

– un Art de Combat

– un Art de Vie

– un Art d’être jeune

Il nous propose de redécouvrir des sensations naturelles perdues au fil de notre vie moderne trépidante :

– la justesse de la posture

– l’équilibre dans le mouvement

– la synchronisation du geste, de la respiration et de l’intention

– le contact avec nos racines

– la prise de conscience de Soi

– le retour à ľ ici-et-maintenant

Le Taiji Chuan (ou méditation en action) est perçu comme une thérapie préventive et corrective douce qui apaise le stress et soulage certains maux. C’est une boxe souple où gestes et postures doivent être légers et sans force. L’important, c’est l’intention et moins l’effort.

*************************************************************************

Le TUI SHOU traduit en “poussée de mains“, est un exercice lié au tai chi chuan dont le but est d’apprendre à écouter le partenaire, à travailler son équilibre, les esquives et les déviations des mouvements de l’adversaire. Pour exercer la sensibilité aux pressions et aux esquives, les deux partenaires se mettent debout ľun face à l’autre, celui qui bouge un pied est le perdant. Comme en tai chi chuan, il ne faut jamais utiliser la force, celle-ci pouvant être retournée par l’adversaire.

Qu’est-ce qu’est le Tai Chi ou Tai Ji Chuan ?

Le tai chi chuan est un art martial qui nous apporte la détente musculaire

et psychique. Cette discipline nous apprend à vivre « ici et maintenant ».

L’exécution des mouvements, lents et continus, donne une sensation

de plénitude et d’harmonie.

Mais encore …

Le tai chi Quan est un Art …

-un Art de Santé,

-un Art de Combat,

-un Art de Vie,

-un Art d’être jeune,

Le Taiji Quan nous propose de redécouvrir au quotidien des sensations naturelles quelque peu perdues au fil de notre vie moderne trépidante :

– la justesse de la posture;

– l’équilibre dans le mouvement;

– la synchronisation du geste, de la respiration et de l’intention;

– le contact avec nos racines;

– la prise de conscience de Soi;

– le retour à l’ici-et-maintenant.

Le Taiji Quan peut être perçu comme une thérapeutique préventive

et corrective douce qui apaise le stress et soulage certains maux.

Le Taiji Chuan, méditation en mouvement.

Dépendant de la recherche, (martiale, bien être, de développement du Qi ou méditation en action) elles développent tous les principes du Tai ji (faîte suprême) alliant une alternance de force et souplesse Yin et Yang, ayant comme objectif une optimisation des atouts biomécaniques, énergétiques et mentaux.

Un très grand nombre de formes (Tao) de shaolin peuvent être pratiquées en Rou Quan, textuellement boxe souple ou molle.

A Shaolin donc, les boxes souples (rou quan) suggèrent de développer une pratique qui ne disperse pas l’énergie comme peuvent le faire certaines pratiques dites externes.

Le tai chi chuan est une boxe souple ou les gestes ,les postures doivent être léger et sans force. L’important, c’est l’intention et moins l’effort. << La taille est le centre du mouvement >> . <<Quand une partie du corps se meut toutes les autres partie bougent >>. Et un dernier principe« un  mouvement  peut se réaliser de 10000 façons >>

Le tui shou (推手 : tuī shǒu : t’ui shou, littéralement main poussante) souvent traduit en poussée de mains est un exercice lié au tai chi chuan dont le but est d’apprendre à écouter le partenaire, à travailler son équilibre, les esquives et les déviations des mouvements de l’adversaire.Il existe des compétitions internationales de tui shou, ainsi que des compétitions en Chine.Un des exercices de base est la forme (taolu) : peng lu ji an 棚擄擠按/棚掳挤按(棚péng, abri, 擄/掳lǔ enlever, 挤jǐ tenir 按àn,appuyer sur)Pour exercer la sensibilité aux pressions et aux esquives, les deux partenaires se mettent debout l’un face à l’autre, celui qui bouge un pied est le perdant. Le but est donc toujours de garder l’équilibre, le dessus sur l’adversaire. Comme en tai chi chuan, il ne faut jamais utiliser la force, celle-ci pouvant être utilisé par l’adversaire.

Publicités