Voyage en Birmanie

Découvrez la Birmanie et Relaxez-vous , Détendez-vous en faisant du Méditation ,du Relaxation sur le voyage en Birmanie

Il n’y a pas de destination plus convoitée que le Myanmar (Birmanie) aujourd’hui. Le tourisme connait un boom incroyable (et parfois inquiétant) depuis la libération d’Aung San Suu Kyi et un voyage au Myanmar doit être préparé avec méticulosité, l’offre ne rencontrant pas toujours la demande.

Au delà de l’effet de mode, l’ancienne Birmanie (son nom avant 1989) n’en reste pas moins un pays extraordinaire qui compte certains des sites les plus féeriques au monde. Citons notamment la fabuleuse cité en ruine de Bagan ou l’étincelante Paya Shwedagon. « La Birmanie, un pays qui est différent de tout ce que tu connais » disait Rudyard Kipling en 1898. Plus d’un siècle plus tard, vous pourrez dire la même chose de ce pays.

Yangon (Rangoon)

Il était une fois, il y a fort longtemps, dans le pays de Suvannabhumi, un grand roi du nom d’Okkalapa qui reçut en présent 8 cheveux. Deux frères les lui offrirent – des marchands qui avaient voyagé vers de lointaines contrées en quête d’une personne ayant atteint l’Illumination. Ils les avaient eux-mêmes reçus, en présent, du Bouddha et conseillèrent au souverain de conserver précieusement ces reliques sacrées.

Le roi s’attela à sa tâche avec ferveur. Ainsi, sur le sommet d’une colline sacrée vieille de 10 000 ans, où avaient été ensevelies les reliques de précédents bouddhas, il enchâssa les cheveux dans un temple d’or, qu’il recouvrit de 6 autres temples – un en argent, un en étain, un en cuivre, un en plomb, un en marbre et, enfin, un en briques de fer.

Près de 2 500 ans après la mort du roi Okkalapa, la bourgade construite autour du sanctuaire s’était transformée en une grande cité.

Donnant une impression de laisser-aller pittoresque, d’œuvre inachevée, Yangon, capitale récemment déchue, a perdu ses rois d’antan, mais est devenue la ville la plus fascinante du pays. Du lustre passé dont témoignent les édifices coloniaux décrépits du centre-ville aux immeubles de bureaux en verre, c’est une cité captivante aux étonnantes contradictions. On ne peut espérer comprendre le Myanmar moderne sans découvrir Yangon, ville de la mirifique pagode Shwedagon – premier centre religieux du pays tout entier, où bat l’âme birmane.

  • Une visite de la paya Shwedagon, incroyable « pyramide » d’or parmi les plus anciennes du pays :

Un voyageur se doit d’assister au coucher du soleil au-dessus de l’extraordinaire paya Shwedagon, l’un des monuments religieux les plus spectaculaires au monde. Son stupa doré s’élève à 98 m au-dessus de sa base et peut être vu à des kilomètres à la ronde. Il est recouvert de 60 tonnes d’or pur. On y croise toujours quantité de Birmans priant et faisant des offrandes. C’est un lieu fascinant où il est agréable de regarder sereinement le temps qui passe.

  • Le marché Bogyoke Aung San, paradis des amateurs de bonnes affaires et de souvenirs.
  • L’impressionnant bouddha, constellé de bijoux, de la paya Chaukhtatgyi
  • Un circuit dans le centre-ville de Yangon, en déambulant dans les rues colorées à la recherche d’unepayaétincelante ou de dragons chinois
  • Dans les maisons de thé– où les conversations vont bon train – comme dans les gargotes ou les restaurantsde classe internationale, un repas en ville est un festin qui unit les saveurs du monde.

 Mandalay

Ancienne capitale du royaume indépendant de Birmanie, Mandalay est le centre culturel et religieux du bouddhisme au Myanmar, avec ses nombreux monastères et ses 1 000 pagodes. Deuxième ville du pays, située à 650 km au nord de Yangon dans une boucle de l’Irrawaddy, Mandalay est le point de départ d’une croisière mythique à bord du  » Road to Mandalay « , siglé du prestigieux groupe Belmond (ex Orient Express). Bien sûr, il faut aimer les pagodes et les monastères, car vous en verrez un certain nombres, et il n’y a pas grand-chose d’autre à faire à Mandalay, surnommée à juste titre la cité d’or ! Citons entre autres la pagode Mahamuni, la plus vénérée de la ville, reconstruite à la fin du XIXème siècle à la suite d’un incendie, la pagode Kyauktawgyi, la pagode Kuthodaw (qui abrite le plus grand livre du monde), la pagode Su Taung Pyai à Mandaly Hill, ou encore le monastère en teck Shwe Nan Daw, l’unique rescapé du palais royal original de Mandalay, détruit en 1944. A voir absolument dans les environs de Mandalay : le pont U Bein (le plus long pont de teck du monde), le site de Sagaing (le plus important centre religieux du pays, abritant près de 600 pagodes répartis sur 37 collines) et le village de Mingun, où se trouve notamment la plus grande cloche du monde. L’hôtellerie est encore limitée à Mandalay. On retiendra un jolie boutique hôtel : le Red Canal, le Mandalay View Inn, petite adresse bon marché pour une nuit, et deux établissements aux infrastructures plus complètes : le Sedona et le Shwe Pyi Thar.

 Bagan

Les temples éparpillés sur cette vaste plaine sont si nombreux qu’il est impossible de rendre justice à chacun d’eux en seulement 1 ou 2 jours. Louez un vélo pour visiter les plus proches, ou un attelage qui vous permettra d’en voir plus. Si vous le pouvez, un vol en montgolfière au coucher ou au lever du soleil est une expérience inoubliable.

Bagan est un vaste site archéologique bouddhique de près de 50 kilomètres carrés situé dans la Région de Mandalay, dans la plaine centrale de la Birmanie, sur la rive gauche de l’Irrawaddy. Du ixe siècle au xiiie siècle, il a été la capitale du royaume de Pagan, le premier empire birman. Occupé par plusieurs villages ou hameaux souvent bâtis à proximité de groupes de temples, il se trouve dans une zone sismique et a subi de nombreux tremblements de terre ayant provoqué de graves dégâts, l’un des plus importants et destructeurs ayant eu lieu en juillet 19751.

Un inventaire des monuments du site a été dressé par la suite par Pierre Pichard, de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO), avec l’aide de plusieurs collaborateurs locaux. Dans le cadre de cet inventaire en huit volumes publiés entre 1992 et 2001, les monuments ont été mesurés, photographiés et leurs plans tracés, chacun, outre le nom qu’il peut éventuellement porter, recevant un numéro. Cet inventaire recense 2834 monuments, dont de nombreux en ruines.

Plusieurs monuments ont été restaurés après le tremblement de terre de 1975, mais dès les années quatre-vingt-dix, une vague de restaurations entreprises sous l’égide du gouvernement birman ainsi que la construction d’un terrain de golf et d’une tour d’observation au milieu du site ont suscité de nombreux commentaires souvent fort critiques de la part des historiens de l’art et archéologues occidentaux. Ces restaurations, qui s’assimilent souvent à des reconstructions, sont financées par des donations des fidèles bouddhistes2. Ces interventions ont empêché l’inscription du site au patrimoine mondial de l’humanité.

 Pha Auk Centre de Méditation

Monastère Forêt – Pa Auk ( Pa – Auk Tawya en birman ) est un monastère de forêt dans la tradition Theravada , en mettant l’accent sur l’enseignement et la pratique de la méditation.

Fondée en 1926 , Pa – Auk Tawya (  » le monastère  » ) est situé dans une forêt près du village de Pa – Auk , 15 km au sud-est de Mawlamyine , capitale de l’ Etat Mon , le sud du Myanmar . Se étendant sur 500 acres de terre , Pa – Auk Tawya est un monastère plein de moines résidents , religieuses , laïcs méditants et les bénévoles . Le nombre de résidents varie selon les saisons de 500 à 1000. Actuellement, il ya plus de 100 méditants étrangers , originaires de plus de 20 pays , résidant dans le monastère .

Depuis 1998 , quatre monastères de branche ont été établis , à venir sous le nom de Centre de méditation international Buddhasāsana , dans Than Lyin au sud de Yangon , à Mandalay , à Hpa – An et à Dawei .

Il est à noter que Pa – Auk Tawya , Mawlamyine est le seul centre avec des installations pour le logement et l’enseignement des étrangers . Les informations sur ce site se réfère donc principalement à Pa – Auk Tawya , Mawlamyine .

 

Publicités