Muay Thai

Mardi : 19h45 – 21h

Muay Thai, appelé aussi Boxe Thaïlandaise ou Thai Boxing  est un sport de combat originaire de Thaïlande. Le Muay Thai est tiré des pratiques martiales ancestrales du Muay Boran (Boxe Traditionnelle). Le Muay Thai, serait vieux de deux mille ans selon les représentations des thaïlandais. Mais les chercheurs qui se sont investis dans une recherche historique sur le Muay thaï ont rencontrés bien des difficultés pour percer le secret des origines de l’art du combat. En effet, la plupart des archives ont été perdues pour toujours en 1767 quand les armées birmanes ont étendu le siège à la capitale du Siam d’alors, Ayutthaya. La ville a été saccagée, et brûlée avec tous ses trésors (reliques religieuses, œuvres d’art ainsi que ses archives royales renfermant les secrets du Muay).

Le peu que nous savons sur l’histoire de la boxe thaïlandaise vient d’écrits consignés dans des chroniques de provinces birmanes, cambodgiennes et chinoises, ainsi que des récits des premiers visiteurs européens, et, enfin, de certaines annales du royaume de Lanna – Chiangmai. Ces récits ou rapports sont empreint de préjugés, mais c’est de ces témoignages que s’est construit la connaissance historique du Muay Thaï.

Nous noterons dans un premier temps qu’il y a deux théories principales sur l’évolution de l’histoire Thaï.

La première indique que l’art développé du combat viendrai des peuples (T’ai) venus du sud de la Chine pour fonder différents royaumes dont le Siam, devenu la Thaïlande actuelle.

L’autre théorie indique que les T’ai étaient déjà présents, et que le Muay a été développé pour défendre la terre et ses habitants constamment menacé par des invasions. Cette deuxième théorie est d’ailleurs très contestée par les chercheurs sérieux.

Ce dont toutes les sources conviennent, est que la Muay thaï à commencer sur les champs de bataille, constituant un corpus de techniques de combat à mains nues comme complément indispensable pour suppléer aux techniques de maniement des armes blanches (Le krabi krabong ).

Le Muay thaï est une partie essentielle de la culture dès le commencement des royaumes, et c’est ainsi que les Siamois développèrent l’art de la guerre, en l’enrichissant de l’influence indienne qui marqua leur histoire.

Sa dénomination ancienne l’atteste : il fût jadis connu sous le nom de pahuyut, (du sanscrit bâhu, bras, et yuddha, combat), « combat des bras ».

Ce n’est semble-t-il qu’à l’époque moderne qu’est définitivement adoptée la désignation :

Muay = boxe,  Tchok Muay = Boxer, et de Nak Muay = Boxeur.

II faut ici rappeler que le terme thaï, (ethnonyme des Siamois), signifiant « libre », n’a été adopté qu’au début du vingtième siècle. Ce n’est  donc qu’à cette époque que le Muay est devenu thaï.

Comme le soulignait déjà Simon de la Loubère (1642 – 1729) chargé de missions diplomatiques au Siam :

« Les Siamois se sont donnés le nom de Thaïs, c’est-à-dire « libres ».

Le Muay Thaï signifie ainsi à la fois « Boxe Thaïe » et « Boxe pour rester libre ».

Dans les habitudes thaïlandaises l’usage de surnoms, parfois multiples, complique les recherches historiques, les rois portent souvent des noms très longs avec de fortes disparités de l’orthographe car les transcriptions sont souvent phonétiques.

Exemple : king Suriyentharathibodi, Luang Sorasak ou Phrachao Sua ‘le roi tigre » ou Sanphet VII.

Les noms des villes ou régions peuvent aussi avoir différentes orthographes suivant les écrits dans le temps.

Publicités